En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et publicités personnalisés, ainsi que des fonctionnalités sociales. En savoir plus et gérer les cookies

URPS MK : Accueil Union régionale des Professionnels de Santé
Le Sport Santé dans le Grand-Est

 
NOTICE DE MISE EN OEUVRE DE L'ACTIVITÉ PHYSIQUE ADAPTÉE PAR LES KINÉSITHÉRAPEUTES ( CNOMK).

Le dispositif permettant d'intégrer l'activité physique dans le parcours de soin du patient en ALD est entré en vigueur le 1er mars 2017.
C'est au moyen de ce modèle de bilan que le kinésithérapeutes pourra déterminer le phénotype fonctionnel du patient en évaluant sa condition physique afin de l'orienter et de le suivre dans sa démarche d'activité physique.

PAS SANS LE BILAN KINÉ ! : Télécharger le document

 
URPS MK Grand Est

153 Rue André Bisiaux
54320 MAXEVILLE


Tél : 09 72 62 68 87

Nous contacter en ligne

 


 

Afin d'ouvrir les cabinets des masseurs-kinésithérapeute aux sports adaptés et au sport santé, l'URPS MK en partenariat avec le Réseau Sport Santé Bien Être,  a établi un questionnaire.

Si dans le cadre de votre activité professionnelle vous souhaitez rendre accessible à tous l’activité physique et sportive (Mission Régionale de Santé Publique)  saisissez le questionnaire

Ci- dessous les premiers résultats du questionnaire, en rouge le nombre de MK intéressés par le Sport Santé dans chaque département.


 
Présentation
L'activité physique adaptée privilégie de faire de la prévention secondaire et tertiaire :
 
La prévention primaire a pour but de diminuer l’incidence d’une maladie dans une population (réduction de cas nouveaux)
Agir avant la maladie et éviter son apparition
 
La prévention secondaire a pour but de diminuer la prévalence d’une maladie dans une population (réduction de la durée d’une maladie)
Agir au début de la maladie et en éviter le développement (dépistage)
 
La prévention tertiaire a pour but de diminuer la prévalence des incapacités chroniques ou des récidives dans une population (réduction des invalidités fonctionnelles consécutives à la maladie)
Agir tout au long de la maladie chronique et en éviter les complications et récidives

 
Le fonctionnement :
Un médecin oriente une personne pour réaliser un Bilan en activité physique adaptée. 
Le masseurs-kinésithérapeute réalise le bilan en s'appuyant sur ceux proposés par l'ordre de kinés ou par le réseau dont dépend l'usager.
En fonction des résultats l'usager sera orienté vers le professionnel compétent à sa prise en charge, tout en faisant un compte rendu au médecin.
L'UTEP (unité transversale d'éducation du patient) prend actuellement en charge les personnes se trouvant en structures et les personnes ayant une trop grande perte d'autonomie en réalisent le BMS et des « ateliers passerelles ».
De cette organisation nous observons donc qu'il manque un professionnel pour la prise en charge des personnes ayant une perte d'autonomie grave à moyenne (niveau 3 et 2 d'après le Médicosport-santé du CNOSF, page 43 (comité national du sport olympique Français)) dans le milieu ordinaire.
 
Le kinésithérapeute libéral a donc un rôle prépondérant à jouer afin de faciliter le début de prise en charge par le réseau du « public spécifique » et du « public fragile ».
S'appuyer sur les cabinets de kinésithérapie permettrait au réseau d'étoffer sa répartition, notamment dans le milieu rural.
 Pour permettre la prise en charge de ce public nous avons réfléchit à des critères d'inclusions pour les kinés :

1- posséder sa carte d'EAPS à jour (Educateur des activités physique et sportive), obtenue pour les kinésithérapeutes sur simple demande en ligne
 
2- faire une demande d'intégrer le réseau RSSBE avant toute prise en charge, permettant d'être référencé
 
3- posséder un minimum de matériel :
       -de sécurité : saturomètre, cardiofréquencemètre, tensiomètre
       -de revalidation : vélo, vélo elliptique, tapis de course, plateau technique…

Autre critère abordé, être formé en ETP ou à défaut « au conseil minimal ».